Accepter

Un petit post pour vous dire que je vais mieux.

Merci mille fois pour vos coms et vos mails. Merci aux fidèles d’être encore là, merci aux lectrices de l’ombre d’en être sorti. Merci du fond du coeur. Je ne pensais pas qu’on pouvait encore m’aider.J’étais si loin…égarée…enfermée dans ma douleur…

Le temps a fait son oeuvre et j’y ai mis du coeur aussi.

J’émerge, je reprends goût à la vie, je me surprends à sourire, parfois.

Je me sens survivante. Ces dernières années ont été une vraie torture. Passer de l’espoir aux drames à répétition, cela laisse des traces. Voir les autres avancer et rester sur place, c’est terrifiant.

Mais je suis toujours là.Et je me bagarre chaque jour pour me relever et savourer à nouveau la vie et ce qu’elle m’a donné.

J’ai eu 45 ans il y a quelques jours et je dois tourner la page de la maternité. Aujourd’hui, une amie a accouché de son deuxième enfant. Je ne saurais jamais ce que c’est, mon fils restera enfant unique, mais la vie reste belle quand même.

Un jour, je comprendrai le sens de tout ça.

« Accepter ce n’est pas se résigner, mais rien ne vous fera perdre plus d’énergie que de résister face à une situation que vous ne pouvez pas changer «  Dalai Lama

bouddha

 

Publicités

25 réflexions sur “Accepter

  1. Il est dur d’échouer mais il est pire de n’avoir jamais tenté de réussir. (Roosevelt)

    Tant mieux si tu vas mieux, c’est bon signe.
    L’acceptation est le bon chemin. Tant que je ne saurai pas ce que je dois accepter, je n’en prendrai pas le chemin. Tu as réussi à définir ce que tu acceptes enfin (ou commence à accepter)?
    Mes 45 ans se profilent aussi (que ça fait bizarre de l’écrire, moi qui ne sait jamais vraiment quel âge j’ai!)
    Biz

    • Je sais que c’est très dur pour toi, nos situations sont très différentes car j’ai la chance d’avoir un fils. Je ne sais pas si j’accepte, je fais le deuil jour après jour, car je n’ai pas le choix si je veux retrouver le sens du mot ‘heureuse ».Je t’embrasse

    • C’est un combat quotidien, qui me laisse parfois exsangue et bouffie de chagrin, mais j’avance et je mesure néanmoins ma chance d’avoir déjà un fils et d’avoir toujours mon homme à mes côtés. Bises

  2. Je suis heureuse de lire que tu remontes la pente. C’est un deuil difficile que tu as à faire, et puis il faut encaisser toutes ces années douloureuses… bref il risque d’y avoir encore des hauts et des bas mais je suis confiante, tu y arrivera à cette vie sereine ! Bisous

    • Je croise les doigts pour vos dossiers d’adoption. Je sais que ça avance bien lentement mais ça avance.
      La pente se révèle bien raide pour moi et certains jours je redescends plus bas, mais je remonte toujours, je ne suis pas du genre à lâcher l’affaire. Un jour je serai à nouveau fière de moi et je cesserai de m’inquiéter pour mon couple. Je t’embrasse

  3. Coucou belle âme 🌸
    Que de douleur à traverser et surtout à accepter.
    Adapter son point de vue sur la vie vécue plutôt que sur la vie rêvée est probablement ce qu’il y a de plus difficile au monde. Je te souhaite que du bonheur évidement. Espérant que ce décadrage d’horizon se fera le plus heureusement possible. Je t’envoie toute mon affection.

    • Renoncer après tant d’efforts et d’espoirs, cela prend du temps. J’en garderai une blessure à l’âme je le sais et une personne manquera toujours dans notre vie.Je veux me battre pour retrouver mon sourire, une belle image de moi et une complicité sans faille avec l’homme qui est resté à mes côtés même si je ne lui ai pas donné d’enfant.Je me dis que c’est une sâcrée belle preuve d’amour. Courage à toi. bises

  4. Mamzelle Fleur,
    Ravie de lire ces bonnes nouvelles ! Mais je ne doutais pas une seconde de ta capacité à rebondir ;-). Bien sûr, tu risques de faire qq pas en arrière de temps en temps, mais tu as déjà fait le plus dur, j’en suis convaincue. Comment le vit ton homme ? Je t’embrasse.

    • Fortuna, le temps que je mets à répondre aux unes et aux autres en dit long…Le chemin est chaotique. Un jour j’ai la sensation de revivre, le lendemain je peux être au bord de moi-même, écrasée par toutes ces années de douleur inutiles. Mon homme aussi souffre, d’une autre façon. Et notre couple reste bien fragile, mais nous ne baissons pas les bras.Je relève la tête doucement et il me soutient. J’espère que tu vas bien. Des bises

      • Oh oui, j’imagine que ce n’est pas facile tous les jours, mais vous allez y arriver, petit à petit. Si tu as le soutien de ton homme, c’est l’essentiel, car je me souviens que ça a souvent été compliqué pour lui de te comprendre. Bon courage pour ces moments difficiles. Une nouvelle vie pleine de jolies choses est devant vous. Grosses bises
        PS: ici, tout va bien, merci.

  5. Je suis contente de lire de tes nouvelles mamzelle et ravie que tu arrives à sourire et accepter.
    Tu as raison, tu es une survivante, tu as affronté beaucoup d’épreuves et bravo à toi de réussir à sortir la tête de l’eau.
    Accroches-toi mamzelle ! Bisous de soutien.

    • C’est un vrai défi que de changer de pont de vue. voir à nouveau le verre à moitié plein au lieu du verre à moitié vide. Mon fils est là, bien vivant, alors je m’accroche et je veux retrouver ma joie de vivre d’avant et mon tempérament passionné.
      Je croise pour que votre dossier avance plus vite que prévu. Je n’ose imaginer à quel point c’est long cette attente interminable, mais cela va aboutir Mouchette. Un jour tu seras maman, bientôt. Et vous savourerez à pleines dents le plaisir d’être parents, bien plus que les autres qui n’ont pas traversé vos épreuves. Je t’embrasse

      • Coucou mamzelle. Je suis contente de lire tes réponses et surtout que tu t’accroches. Oui il y a des moments difficiles mais c’est une épreuve, de longues années de combat qui ne peuvent disparaître du jour au lendemain.
        Je te souhaite sincèrement que tu retrouves ta joie de vivre et je ne doute pas que tu y arriveras.
        Merci beaucoup pour tes gentils mots. Oui c’est vrai le bout du chemin approche et même si les délais fluctuent nous nous raccrochons au « bientôt « .
        Courage à toi et continues à t’accrocher. Bisous.

  6. J’aime les citations que tu as mises dans ton billet, et j’aime savoir que tu te remets à sourire parfois, j’espère de plus en plus souvent. Puisque la vie ne nous donne pas ce qu’on aurait tant voulu, essayons de profiter au maximum de ce qu’elle nous a donné.
    Bisous ❤

  7. J’aime beaucoup la fin de ton billet qui dit qu’accepter ce n’est absolument pas renoncer. Je te souhaite de profiter de chaque instant magique que la vie t’apportera avec ton fils. Oui, il est unique, et ce n’est pas si mal.

    • Ma chère mouchette, je suis vraiment touchée par ton message. La paix n’est pas encore là, 6 mois après la fin de la Pma…Mon couple vacille, mais nous essayons de nous en sortir. Je retrouve peu à peu mon énergie et ma force vitale par contre.
      Mon désir d’enfant n’est malheureusement toujours pas éteint et les grossesses des autres viennent régulièrement me rappeler l’absence de cet enfant tant espéré. Il me faudra du temps, du temps et encore du temps … je t’embrasse très fort.

      • Oui le temps est notre meilleur allié. C’est une bonne chose que tu t’accroches, que vous vous accrochez tous les deux et tous les trois. Continue à être forte Mamzelle, c’est un combat de tous les jours. Crois en tes capacités à rebondir et à faire face.
        Je te souhaite plein de courage. Bisous de soutien.

N'hésite pas, laisse-moi un ptit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s