La vérité

Le premier gynéco m’avait annoncé il y a presque 2 ans et demi que nous avions 7% de chances d’avoir un enfant.

Je l’avais trouvé terriblement dur.

Il avait raison.

Aujourd’hui, j’aurais préféré qu’on me dise que la PMA ne servirait à rien. Au lieu de me laisser espérer.

Il y a un an avec mes 4 blastos, mon deuxième gynéco nous annonçait 50% de chances. Pour moi ce fut 100% de taux de réussite au début : 3 transferts, 3 tests BHCG positifs. En 9 mois…

Après 40 ans, le risque de fausse couche est de 50 %, et malheureusement pour moi, j’explose les stats : 100 %

Chaque fois, j’ai connu l’espoir, chaque fois je connais un désespoir plus profond que le précédent. Cette fois-ci, c’est le drame de trop.

Je lis souvent que certaines aimeraient connaître au moins une fois un résultat positif. Non, je vous assure c’est bien pire.

Moi j’aurais préféré que tout foire dès le début, plutôt que de passer plusieurs semaines à espérer, à vivre les symptômes de la grossesse, à faire attention, pour rien au bout du compte. C’est vraiment l’enfer. C’est comme rouler à 200 et se prendre un mur en une fraction de seconde.

J’ai perdu 2 ans et demi de ma vie. Tant d’efforts pour rien. Tant de souffrances, de luttes, d’espoirs envolés. 3 Fiv, 6 transferts, une torsion d’ovaire, une HSO, deux bébés disparus. J’ai tout vécu en accéléré, faute de temps. Chaque fois il a fallu repartir au combat tout de suite, à peine remise. J’ai déployé une énergie phénoménale pour me relever chaque fois de toutes ces horreurs.  Et je n’ai rien pu faire d’autre pendant tout ce temps. J’ai des séquelles physiques de tous ces traitements.

Mais les pires sont psychologiques.

Je me sens sotte d’avoir cru qu’après 40 ans je pourrai avoir un autre enfant. J’ai cru qu’avec une première grossesse facile, une AMH excellente, j’allais y arriver. Le souci c’était les spermatos de mon chéri. La Fiv était LA solution. A l’arrivée, pas de problème de fécondation, ni d’implantation, mais des embryons pas viables. L’ explication la plus probable, c’est mon âge. Mes ovocytes doivent tous être porteurs d’anomalie. Finalement, la responsable c’est moi. C’est trop tard, je suis trop vieille.

J’ai défié Dame Nature, elle me l’a fait très chèrement payer.

Celles qui comptent bien savent qu’il me reste un blasto. Alors voilà le terrible choix qu’il me reste. Arrêter là pour sauver ma peau et vivre avec le doute que ce blasto-là était peut être notre bébé à naître OU faire ce dernier transfert et probablement vivre une 4 ème FC au risque de m’achever moi ou mon couple ou les deux.

Autant vous dire que du fond de mon trou, alors que la 3ème FC n’est pas encore arrivée, j’ai bien du mal à choisir. C’est comme choisir entre la peste et le choléra.

Je me sens terriblement coupable d’avoir embarqué mon homme là-dedans. Et mon fils…Je les ai laissés espérer là où d’espoir, il n’y a jamais vraiment eu.

Toi, la quarantenaire qui me lit, ne fais pas comme moi. Ne t’inflige pas tant de souffrance. Essaye vite le don, mais sinon n’espère pas être du bon côté des statistiques. Parce que 7% de chances, ça veut aussi dire 93% d’échecs.

J’étais pétillante il y a 2 ans et demi, aujourd’hui je ne suis qu’une ombre, moitié vivante moitié morte. Je déteste ce que je suis devenue, je regrette mes choix. Jamais je n’aurai dû aller en pma.

La Pma m’a tout pris depuis 2 ans et demi.

Elle me laisse exsangue,plus abîmée que jamais.Le ventre vide, avec les fantômes de mes bébés derrière moi.

Je voudrais partir loin, tout plaquer. Prendre mon fils sous le bras pour tenter une autre vie, ailleurs. Laisser une chance à mon homme blessé par tant d’échecs, celle de vivre une autre vie plus heureuse et plus fertile avec une autre.lui qui n’a que 30 ans.

je ne sais pas si je répondrai à vos coms, je ne sais plus si j’en ai la force.

Je ne sais pas si j’écrirai encore sur ce blog.

Je ne sais pas ce que je vais devenir, mais je vous remercie infiniment pour tout le soutien que vous m’avez apporté dans ce chemin si douloureux. Prenez-soin de vous.

 

Publicités

17 réflexions sur “La vérité

  1. N’ayant vécu que 2 FC très précoces, je ne peux qu’imaginer ta douleur. Ne te rends pas coupable de ce choix de tout tenter pour ta famille. Crois bien que je pense fort à toi, je te sers dans mes bras et t’accompagne par les pensées dans ton chemin. Bises

  2. Tu ne dois pas regretter d’avoir eu de l’espoir. Tu n’es pas responsable, ne crois pas ça. Je te souhaite énormément de courage pour remonter la pente. Je comprends ton immense souffrance. Prends bien soin de toi. Bisous

  3. Je ne peux imaginer à quel point ton cœur est en miettes…Je te souhaite beaucoup de courage, quelques soient tes choix. L’important, c’est de retrouver goût en la vie je crois….Prend soin de toi…

  4. Oh ma pauvre Mam’zelle Fleur, que c’est dur et si implacable. Ta démonstration est logique et sans appel. Et pourtant, comment ne pas espérer quand on lit la grossesse gémellaire d’une célébrité à 53 ans, il y a quelques jours à peine (don ? Ovocytes congelés ?…). Incroyable et cruel pour toutes les pmettes bien plus jeunes qui n’y arrivent pas. Quant au terrible choix qui t’attend, je pense que tu choisiras au mieux. Que ferais – tu s’ il en restait 4 ou 5 ? Tenterais – tu ou ferais – tu un autre choix ? Pas simple mais je pense que ton compagnon t’aidera à trancher. Je lisais que les parcours pma sans limite hors financières (ex EU) étaient difficiles à terminer car seule la patiente avait le dernier mot. Lourde responsabilité aussi. Prends bien soin soin de toi surtout. Des grosses bises de soutien

  5. La PMA abîme, beaucoup, quand nous devons faire face à tant d’échecs. C’est un milieu qui est inconnu quand nous commençons alors quand le gynéco nous dit qu’il a la solution, c’est humain et porteur d’espoir de vouloir tenter. Nous ne pouvons malheureusement pas prédire nos chances de succès et encore moins les séquelles que peuvent nous infliger la PMA. Il est normal aujourd’hui d’avoir des regrets mais je crois que tu en aurais eus aussi si tu n’avais pas tenté. Aujourd’hui, tu as à surmonter une nouvelle épreuve, à réussir à sortir la tête de l’eau et à te reconstruire. Plus tard, vous aurez un choix à faire pour cet embryon et seuls vous savez quelle sera la meilleure décision.
    Vivre une FC n’est pas anodin, en vivre plusieurs est une torture. Il faut réussir à puiser dans ses ressources, dans sa force aussi pour réussir à en sortir. Alors je te souhaite Mamzelle, de réussir encore une fois à surmonter cette épreuve.
    J’espère que nous lirons de tes nouvelles. Je te souhaite sincèrement bon courage et surtout j’espère que tu réussiras à te retrouver, à retrouver la complicité avec ton homme, avec ton fils. Des bisous

  6. Je n’ai pas les mots pour soulager ta peine. Les sentiments qui t’envahissent en ce moment sont légitimes. J’espère sincèrement que tu trouveras le moyen de surmonter cette épreuve. Des bisous

  7. Ma belle, ne te flagelles surtout pas, tu n’y es pour rien. Nous avons le même âge et si j’avais pu j’aurais fais les mêmes choix. Ce que tu vis est extrêmement cruel et douloureux. Ne restes pas seule, entoures toi de personnes bienveillantes, de ton homme et de ton fils. Je te souhaite de tout coeur plus de sérénité, des petits moments de douceur… Je te souhaite de reconstruire ce que tu étais avant ma belle, avant que la vie te fasse subir toutes ces épreuves. Prends soin de toi. Gros Bisous

  8. J’espère que tu vas te relever encore une fois cette fois ci et que tu feras un choix qui te convient. C’est horrible de toucher du doigt le bonheur et de le perdre, tu as raison de dire qu’un négatif est moins douloureux c’est ce que je me dis à chaque fois pour me consoler de ne jamais avoir eu d’accroche. Courage. Et bisous

  9. Je fais partie de celles qui disaient que j’aimerais au moins une accroche, car ne jamais voir l’ombre d’un test positif en plus de 10 ans était dur – puis j’ai vécu une fausse couche, et c’est la pire chose qui me soit arrivée. Je n’ose imaginer d’en vivre plusieurs, ça doit être juste atroce.
    Je suis tellement désolée que tu aies à traverser tout ça. Il n’y a que le temps qui pourra aider, un peu… et pour la suite, il n’y a pas de mauvaise décision – quel que soit ton choix, votre choix, ce sera le bon.
    Prends soin de toi
    Je t’embrasse

  10. N’ayant jamais eu de + je ne peux pas imaginer ce que tu traverses… Mais les échecs en PMA nous abîment et parfois on se sent trop abattus pour espérer se relever un jour… Je crois que seul le temps peut aider à aller mieux. Je t’envoie de douces pensées, et plein de courage en ces temps difficiles ❤

  11. Je pense fort à toi. Je ne peux qu’imaginer ta souffrance mais la comprends bien. On dit qu’il vaut mieux avoir des remords que des regrets. Parfois non. L’espoir nous pousse toujours plus haut alors la chute fait de plus en plus mal. Prends le temps. Pour toi. Et pour te décider. Ça paraît insurmontable aujourd’hui de se relever mais tu finiras par y arriver et vivras avec tes blessures. Il faudra de la patience et beaucoup d’amour. Je t’embrasse. Bon courage.

  12. Comme d’autres, n’ayant pas vécu ce que tu as vécu, je ne peux pas me mettre à ta place. Je peux juste t’assurer que tu es une belle personne et t’envoyer tout mon réconfort. Pénélope a raison, tu n’as pas à décider maintenant, c’est ta liberté. Prends le temps de te relever. Je t’embrasse

  13. Lire ton désespoir me bouleverse et tu as de quoi être abattue, la vie est particulièrement une chienne avec toi ces dernières années. Prends le temps, ta décision n’est pas facile à prendre et, comme dirait ma psy, il faut d’abord aller au bout des choses avant d’envisager la suite… Je pense très fort à toi et te souhaite bcp de courage, gros bisous

  14. Je n’avais pas encore commenté, mais j’ai été très touchée par ce que tu vis, encore une fois.
    Ne regrette rien, c’est normal d’y croire et d’essayer, de se donner des chances, même quand les stats restent faibles, cela reste des stats…. Je te souhaite beaucoup de courage pour traverser cette nouvelle épreuve et pour décider de la suite. Le choix est très difficile, mais ce sera le vôtre et ce sera le bon. Chacun a ses propres limites. J’espère que les médecins vous aideront à prendre tous les facteurs en considération. Prends soin de toi. Je t’embrasse très fort.

N'hésite pas, laisse-moi un ptit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s