c’est reparti pour un tour…

Feu vert de Doc Spliff pour faire une tentative. Mes ovaires se sont bien reposés, maintenant faut y aller. En avant donc pour un TEV. Puisqu’en février j’ai dû interrompre Fiv 3 pour cause d’HSO et de péricardite aiguë.

Je devrai me réjouir. Mais non.

Les deux annonces de grossesse de la semaine dernière dans mon entourage ne m’ont pas aidée. J’ai l’impression que je vais être la seule à rester sur le carreau. L’une des 2 est une copine, qui était en fiv 3, que j’ai renseignée,soutenue, aidée. J’ai suivi sa Fiv, j’ai pris des nouvelles régulièrement, alors que son compagnon ne veut jamais rien dire, pour lui tout cela est tabou. Oui c’est mieux d’en baver dans son coin, hein?

Il n’y a même pas 1 mois elle parlait de le quitter si la Fiv foirait car il ne refuse adoption et don. Et ces derniers jours, quand je lui demande ce que donne la pds, elle me renvoie un (je résume) »on en l’a pas encore faite (oui c’est sûr c’est bien connu on la fait 4 semaines après le transfert !…) et on ne veut rien dire » !!  » WTF ??Alors je suis là pour les mauvaises choses et puis après rien. J’ai deviné parce que son bonheur traversait chaque mot qu’elle m’a envoyé. Ben oui, quand on se prend un négatif  on ne souhaite pas une we ensoleillé en amoureux et on ne parle pas du fait que c’est génial de reprendre le boulot. On est 6 pieds sous terrre. Du coup, je l’ai pris en pleine gueule. Elle a l’immense chance d’être enceinte avec un transfert de J3 à 40 ans (0 embryon à Fiv2), alors qu’elle a commencé la PMA 6 mois après moi, et elle ne partage même pas les bonnes nouvelles. Et en plus elle me prend pour une conne ! Et merci au passage pour la délicatesse. A croire qu’à peine enceinte, elle oublie déjà que les autres en bavent et sont toujours à quai.

Bref, ça c’était ma colère de fin de semaine.

Là dessus, grosse engueulade avec mon homme en retour de soirée samedi soir. J’en ai pris plein la poire. L’alcool n’a pas aidé. Et pourtant, une copine était gentiment venue se livrer à moi. Me dire quel soulagement cela avait été pour elle et son chéri quand je leur ai parlé de notre infertilité et de la pma. Car depuis des mois, ils pensaient que je les détestais ! Car soit je ne répondais pas aux invitations, soit j’étais désagréable quand j’étais là. Il faut dire qu’ils n’ont pas eu de bol, à chaque fois que j’étais en traitement cela tombait sur eux. Et vous n’imaginez pas l’énorme malentendu que notre silence sur la pma a généré avec eux. J’en profite pour dire à quel point c’est essentiel d’en toucher un mot aux amis proches.

Toujours est-il que mon homme, échauffé par les vapeurs de l’alcool, ne m’a pas loupée : Que je pouvais être asociale, que je devais faire plus d’efforts, que c’était de ma faute, que d’ailleurs tout le monde comprenait ça sauf moi….Gloups….Inutile de dire que je n’ai pas beaucoup dormi cette nuit-là. Je me sentais juste minable. Je n’ai toujours pas complètement digéré ces horribles paroles d’ailleurs. Mais ne vous méprenez pas, mon homme m’adore. Mais il n’est pas doué pour dire les choses et encore moins quand il a bien arrosé la soirée avec des potes. On a fini en larmes tous les 2 le dimanche matin. D’ailleurs, j’ai une explication aussi à ce clash. Samedi soir, il y avait (encore) un bébé avec nous. Une jolie poupette de 3 mois. Tout ce dont il rêve, alors qu’il sait bien que cela n’arrivera sûrement jamais….

Et puis Doc spliff a encore sévi. Il est toujours aussi enjoué et à l’écoute, même à 8h15 un vendredi matin. Certes, Je suis sortie  du rdv avec son feu vert  et des explications claires : les quelques piqûres de Gonal vont soutenir mon  cycle naturel et non pas créer un cycle artificiel, ce dont je ne veux pas. Et puis cela lui permet de savoir quand j’ovule pour faire le transfert au bon moment.  Mais il est juste un peu tête en l’air….Comme je lui ai dit que j’avais encore du Gonal, je suis sortie sans ordonnance. Et puis j’ai cogité. Pds? Ovitrelle? Et vlan, il avait encore zappé ! un ptit coup de fil à la secrétaire plus tard me confirme qu’il me faut bien de l’ovitrelle et une ordonnance pour une pds à faire avant notre prochain rdv.

Je vais finir par lui demander une rétribution, car parfois j’ai l’impression de me faire mes prescriptions toute seule…

Alors voilà j’ai attaqué le traitement pour un TEV. Sans entrain. Trop de stress, de mauvaises choses ces derniers jours. Trop d’angoisse pour la suite. Je supporte de moins en moins bien les injections. Pourtant à 75ui cela devrait passer tout seul après mes 225 de janvier. Mais non. Je suis déjà crevée. Toujours les mêmes symptômes pourris. Cela me coupe les jambes, mon cerveau s’embrume, j’ai du mal à réfléchir, je suis à fleur de peau, j’ai des maux de tête, des nausées et déjà des douleurs aux ovaires….Hier j’étais en voiture avec mon chéri et je pleurais déjà d’épuisement. Le retour de tous ces symptômes me font peur. Au volant je n’arrive plus à traiter les infos aussi vite, je me sens abrutie. Je suis si lasse de tout ça. Mon corps n’en veut plus de ces hormones. Je ne veux pas passer encore 2 ou 3 semaines percluse de fatigue et de douleurs sur mon canapé. Rien que l’idée de fait horreur. J’ai l’impression d’être l’ombre de moi-même.

Mais on ne va pas se mentir. On se connaît depuis un petit bout de temps vous et moi. Cela fait plus d’un an que je suis la blogo maintenant.  La vraie raison de mon manque d’entrain vous la connaissez bien.Je suis terrifiée à l’idée de me reprendre un négatif en pleine poire. Je sais à quel point ça fait mal. Alors parfois je me dis qu’il vaudrait mieux renoncer, au moins c’est nous qui l’aurions décidé plutôt que de se faire mal et de subir.

Mais vous me connaissez un peu maintenant, je ne me laisse pas abattre très longtemps. Alors je vais tout faire pour redresser la barre. Me ménager le plus possible, accepter d’en faire moins, alléger mon emploi du temps professionnel en faisant sauter des réunions tôt le matin ou en fin de journée, prendre le temps de dormir plus et me faire du bien.

Advienne que pourra…

Publicités

50 réflexions sur “c’est reparti pour un tour…

    • tu as raison c’est humain d’avoir des hauts et des bas. Mais je suis souvent très exigeante avec moi-même et j’accepte mal d’être affaiblie par moments. Il faut que je travaille là-dessus. Merci pour les bonnes ondes.

  1. Je croise pour toi, déjà pour mieux supporter les traitements, les moments stressants comme ton week-end… et aussi pour un + le mois prochain (après tout pour une Mamzelle Fleur, le printemps serait l’idéal pour un petit bourgeon tout mignon !). Je t’embrasse bien fort.

  2. Dure dure cette période pour toi (entre les annonces et comportements indélicats à ton égard, toi qui l’a tant été avec elle*, les incompréhensions avec ton chéri, le traitement difficilement supportable et la peur d’un nouvel échec..) Tout cela est bien compréhensible, mais tu es forte, je le sais car avec tout ce qui s’est déjà passé dans votre parcours, tu es toujours là, debout, à avancer. J’espère en tout cas que tout ceci sera qu’un mauvais souvenir facile à se rappeler car tu auras ton petit au creux de toi.
    Je suis là pour t’accompagner et je pense fort à toi ❤
    De gros bisous !! Tiens moi au courant !! Je croise !!

    • Ma très chère Zelda, je prends un peu d’avance sur toi mais je sais que tu vas bientôt me suivre dans la bataille. Oui je suis fatiguée, lasse mais je ne baisse pas les bras. Et comme tu dis, si ça marche, tout ça ne sera qu’un mauvais souvenir…enfin espérons…

  3. Pour la copine de FIV 3, je reste persuadée qu’on peut être pmette un jour, mais oublié en une fraction de seconde d’où l’on vient… Je l’ai observé à plusieurs reprises.
    Pour le clash, malheureusement, ça arrive… Le couple est tellement mis à l’épreuve !! Et puis, évidemment, la situation ne doit pas être facile ni pour ton homme ni pour toi… J’espère que ça va mieux depuis.
    Quant à ce TEV, que dire? Je compatis !! Et pour ressentir cette peur grandissante au fur et à mesure de l’approche de FIV 4, je ne peux que te dire que je comprends…
    Mais vraiment, je crois que la peur n’évite pas le danger et que le mieux qu’il nous reste à faire, c’est de vivre les choses au jour le jour, sans essayer d’anticiper sur la suite. La suite, heureuse ou pas, on la connaitra bien assez tôt… Bon courage. Bisous.

    • Rassure toi , mon homme essaye d’être aux petits soins depuis. Mais cette saloperie de peur qui me colle à la peau…comment m’en défaire?? Je voudrais déjà savoir la fin avant d’avoir commencé le film.. Je sais que pour toi aussi c’est dur. Quand on arrive au bout des essais, c’est paniquant. Moi j’aurais toujours mon fils. Et vous la voie de l’adoption. Mais c’est quand même une sacrée épreuve la pma…

      • Je ne pense pas que tu puisses te défaire de cette peur… Mais au contraire, sans doute qu’il faudrait que tu acceptes qu’elle fait partie de toi, pour mieux l’apprivoiser… Et, surtout, je crois qu’il est essentiel de réussir à vivre dans l’instant présent, tout en essayant de commencer à dessiner de nouveaux projets pour la suite, et ce quelle qu’elle soit…
        Je t’avoue que oui, plus ça approche, plus j’y vais à reculons. Mais j’essaye autant que possible de ne pas y penser et j’ai tellement d’occupations en ce moment que ça ne m’est pas trop difficile.
        C’est vrai que l’histoire ne s’arrêtera pas là, quoiqu’il arrive… Et ça, c’est important de le garder à l’esprit. Courage !!!

  4. Ce n’était en effet vraiment pas très délicat de la part de ton amie même si cela venait peut-être d’un bon sentiment (peut-être voulait elle te préserver?). Les gens ne sont malheureusement pas très fins en général.
    Pour ta fatigue, je ne suis pas médecin mais c’est peut-être tout à fait normal? Certaines femmes ont des débuts de grossesse très fatigantes en raison de l’explosion d’hormones et ça se passe très bien par la suite. En tout cas repose toi bien, je croise très fort les doigts pour toi et essaye de t’envoyer le plus d’ondes positives possible. Bisous

    • Oh non elle ne voulait pas me préserver, c’est bien ça le pire ! Je pense qu’elle n’a pas pensé une seconde à moi,ni à comment je pourrais le prendre. Pour la fatigue, rien d’anormal je dirai, puisque je réagis de plus en plus mal aux traitements, mais heureusement certaines femmes le supportent bien mieux. Merci pour les ondes positives. Et aujourd’hui , de repos, j’en fais le moins possible ! Demain est un autre jour, j’aviserai.

  5. Je ne comprends pas l’attitude de ton amie. J’imagine que ça n’a pas été facile pour toi de lui envoyer un texto pour lui demander les résultats de sa PDS sachant que tu risquais de te prendre une annonce dans la tête mais que tu es parvenu à le faire parce que ton amitié et ton soutien comptait plus à ce moment là, alors cette attitude qu’elle a eu, ça me débecte!!!
    Sinon je comprends ton petit moral en ce moment, effectivement tu cherches à te protéger dun éventuel négatif tout en ayant une petite voix qui essaye de dire qu’il y a une chance alors pourquoi pas…. Je te souhaite tellement que la petite voix est raison…
    Je croise bien fort pour vous. Gros bisous.

    • oui c’est vrai ce n’était déjà pas simple de lui demander le résultat. Je n’ai d’ailleurs rien dit de ma colère depuis et j’ai même envoyé un message de félicitations puisque j’avais deviné. Ceci dit, la demoiselle en question, qui connaît mon blog, lira peut être ce post et les coms qui vont avec, puisqu’elle le lit de temps à autre en sous-marin.Je n’ai pas voulu me censurer sur ce coup-là. Si elle le lit, c’est qu’elle préfère avoir de mes nouvelles par ce biais -là et alors là c’est bien dommage…

    • je suis rassurée d’une certaine façon de ne pas être la seule à trouver cette réaction nullissime. Et sinon, bien sûr que j’y crois un peu à ce TEV, mais vraiment un tout ptit peu..

  6. C’est vrai que certaines oublient un peu vite par où elles sont passées…
    C’est dommage mais je pense que ça s’explique par le besoin d’oublier tous ces mauvais moments. Maintenant ça n’excuse pas le fait que la délicatesse devrait être là!
    Mais sinon, le TEV a lieu quand par rapport à l’ovulation? Je ne connais pas ce protocole.
    Et non tu ne subis pas, c’est bien toi qui agis et mets toutes les chances de ton côté pour peut-être réussir enfin, non?😉
    En tous cas bon courage pour ton traitement. Bises

    • Je pense qu’elle ne voit plus qu’elle et son bonheur naissant, tout le reste n’a plus aucune importance. Le TEV aura lieu 7 jours après le déclenchement. Je choisis de faire ces traitements mais quand je parle de subir, c’est pour les résultats. Et je trouve que la violence des échecs qui s’accumulent est redoutable, d’où ce mot très fort « subir ».

  7. Ton amie ne souhaite peut-être pas encore partager une bonne nouvelle car elle a peur des risques des FC ? C’est vrai qu’elle aurait pu te dire « on n’en parle pas pour l’instant, mais c’est positif ». Pour avoir vécu une FC avant un positif, je n’ai vécu mon positif que comme un « vrai » positif qu’après l’écho des 12 SA et je ne voulais en parler à personne avant par superstition. Je ne pense pas qu’elle « t’oublie », elle peut-être simplement mal à l’aise et angoissée pour partager cela.
    Je trouve ça dommage de faire cette scission pmettes à quai et pmettes dans le train, même si de fait il y a une différence, on est par définition toutes restées un moment sur le quai et on sait très bien ce qu’on ressent sur ce quai, mais je pense qu’il faut voir chaque grossesse de pmette comme une victoire sur DNLP, bref, c’est mon point de vue (que j’avais déjà partagé avant d’être enceinte), personne n’est obligé d’adhérer.
    Courage pour la mini stim et le TEV, je croise !

    • Je me permets de réagir à ton propos ma jolie Queen.
      Je crois que dans les faits, on peut toujours trouver une explication à tout… Mais je reste persuadée, pour ma part, que certaines oublient vite (et j’espère que tu ne le prends pas pour toi, parce que je ne pensais pas le moins du monde à toi!!). Qu’elles se protègent ou qu’elles profitent, c’est leur droit le plus absolu évidemment !! Simplement, je peux comprendre que quand on a soutenu quelqu’un pendant de longs mois, ça puisse être difficile de comprendre, d’un coup, d’être exclue de la suite… J’ai été confrontée à ça, et franchement, je l’ai un peu vécu comme une trahison de la part de la pmette, qui a vite oublié tout ce qu’elle critiquait avec beaucoup de ferveur pour faire de même dès qu’elle a pondu…
      Bref, donc sans s’épancher, elle aurait juste pu dire, comme tu le dis: « C’est positif mais on préfère ne pas en parler parce qu’on flippe à mort! » Ce que MamzelleFleur aurait à coups sûrs pu entendre et comprendre !!
      Ce que je veux dire, c’est que ça me semble fondamentale de communiquer correctement sur ses ressentis pour que les autres comprennent, d’autant plus avec une amie pmette qui sait bien de quoi il en retourne…

      • Evidemment, c’est essentiel de communiquer et de soutenir ses amis dans les bons et les mauvais moments, mais je pense qu’on reste maladroit sans le vouloir par moments. L’homme me reprochait souvent de faire la gueule aux annonces de grossesse de nos amis en me disant que c’était pas sympa et que j’allais finir par les vexer. De mon point de vue, j’avais le droit de faire la gueule, mais de leur point vue, j’étais une mauvaise amie de ne pas me réjouir, il y a toujours deux points de vue à une même situation, il faut le garder en tête avant de se fâcher avec tout le monde et de se retrouver isolé. Les gens sont très rarement mal intentionnés, ils sont avant tout maladroits.
        (oui, je sais, je suis une éternelle optimiste qui pense que l’homme est bon)

        • Ah ben finalement, on pense la même chose alors !!! lol C’est ce que je voulais dire par le fait de savoir communiquer… Il y a trop de maladresses (et on est toujours le maladroit de quelqu’un…). Mais on peut malgré tout apprendre à exprimer ce qu’on ressent, pour ne pas se fâcher avec la terre entière. C’est pour ça que j’explique très souvent ce que je ressens quand quelqu’un sort une énormité. Pour ne pas trop garder de rancoeur. Mais faut-il encore que la personne en vaille la peine. Si c’est juste une connaissance, est-ce bien utile de perdre du temps et de l’énergie à faire de la pédagogie?
          Bref, moi aussi, je suis une éternelle optimiste et je me dis que tout s’explique. Mais parfois, je t’assure que c’est fatiguant d’être toujours celle qui cherche des explications à tout et qui se montre empathique le plus souvent possible, quand d’autres se ne mettent pas à notre place 30 secondes…
          A l’annonce des grossesses, par exemple, j’ai souvent eu un pincement au coeur. Comme nous toutes. Mais j’arrivais à me réjouir parce que je me mettais à la place de l’autre. Cette autre qui, parfois, ne m’a pas ménagé (en m’envoyant entre autre des listes de naissances ou des échos…). Donc oui pour se mettre à la place de la copine, mais oui aussi pour qu’on se mette à notre place de temps en temps !! 🙂

    • Bien sûr qu’elle a peur (enfin son compagnon surtout) d’une fc, mais ,autant elle était contente de me trouver quand elle était au plus bas, autant elle m’a carrément évincée alors qu’elle me tenait au courant de tout le protocole et,ce, au dernier moment. On ne peut pas chercher de l’aide auprès des autres et les fuir quand les bonnes nouvelles arrivent, non? En tout cas il s’agit bien de maladresse, mais une maladresse qui fait bien mal. C’est le choix de son compagnon de ne rien dire, mais dans ce cas elle aurait dû ne me parler de rien. Plutôt que d’essayer de ma faire croire qu’elle n’avait pas encore fait la pds.

  8. C’est dur quand les relations, pourtant proches dans la douleur, deviennent difficiles quand ça va bien… La faute ni de l’une ni de l’autre, mais elle aurait pu être plus avenant cette amie…
    J’espère fort que ce protocole sera supportable, et qu’il vous offrira une belle surprise… Moralement j’imagine bien que c’est extrêmement compliqué… Et le clash, qui l’a évité en pma, qui plus est lorsque celle ci s’étend trop dans la durée ? Enorme courage à toi, à ton homme. Cette tentative et vous, c’est ce qu’il y a de plus important en ce moment… Des bisous

    • Elle est souvent d’une grande maladresse, mais celle-là c’est vraiment la plus énorme et peut être celle de trop. Le plus dur moralement est cette terrible inconnue du résultat. Le tout ou rien. Le bonheur tant attendu ou le point final. J’ai eu 3 semaines de répit depuis la catastrophique fiv3 et peut être aurai-je dû attendre un peu. Mais la pression de mon âge est trop difficile à gérer. On verra bien, maintenant je suis lancée. C’est comme si je m’étais jetée dans un immense toboggan dont je ne vois pas le bout. Y a -t-il le vide à la sortie ou un matelas moelleux pour me réceptionner?? Et toi, tu savoures tes dernières heures avec la Lueur au creux de toi?

      • C’est assurément e plus dur cette inconnue totale… comment ne pas devenir fou dans cette peur, ces doutes, cette incertitude… si seulement on connaissait la fin, ça aiderait surement. C’est une vrai torture, et plus le temps passe, plus j’admire ceux qui arrivent à tenir la barre encore et encore… sans autre choix. Alors vraiment j’espère si fort que cette barre que vous tenez seuls et ensemble vous fera découvrir de beaux horizons…
        Quant à ici, oui, c’est bien cela 🙂
        Des bises et croisages !

  9. J’ai vécu un peu la même chose avec une amie. Elle parlait constamment de son envie de bébé, que ça ne marchait, etc. Elle a commencé à se faire suivre et est entrée en PMA en stim simples. Comme elle en parlait très ouvertement, on s’est pas mal livrée l’une à l’autre. A l’issue du premier cycle de stim’ simple, je lui envoie un message pour connaitre le verdict et là elle me répond qu’elle attend pour faire sa prise de sang. Pareil que toi, j’ai été très déçue car je savais que c’était positif. Je l’ai soutenue tout le cycle et elle m’a évincée au résultat, j’étais dégoûtée !! Finalement elle a du me le dire avant l’écho officielle car on se voyait tout un WE. Et comme elle ne prenait pas d’apéro…. Bref, je te comprends. Du coup je n’ai quasiment pas suivi sa grossesse !
    Bon courage pour ton TEV. Gros bisous

    • je vois que je ne suis pas la seule à avoir des copines pas très délicates. Moi j’ai compris tout de suite et je l’ai félicitée. Je suis restée classe, car je n’ai pas voulu lui gâcher son bonheur mais je n’en pense pas moins. Elle se rendra peut être compte un jour qu’elle a loupé quelque-chose. Merci pour le courage, je prends, car rien que pour aller bosser demain il va m’en falloir ! Des bises mamz’elle bulle

  10. Coucou ma belle, je découvre avec tristesse cet article… parfois j’ai eu l’impression de m’y lire. Je comprends tellement ta colère face à l’attitude de cette amie pas maligne du tout (puisqu’elle sais que tu connais le protocole et que donc tu peux supposer que le résultat est déjà tombé), bref, certains sages comme La Chouette vont rester « optimistes » et te proposer de mettre ça sur le compte de la maladresse (ce qui est probablement vrai), toutefois il y’en à marre d’excuser la maladresse des gens. Tu n’es pas responsable de ce que tu ressens et si ceci te blesse tu as le droit d’être affectée, le penser, le dire. Nos vies sont déjà assez compliqués on va pas s’amuser à composer avec des gens CONS. Et pareil pour ton homme. J’ai le même genre à la maison et ce genre de clash à fréquemment eu lieu aussi. Mais je ne me suis jamais laisser faire à m’excuser de mon comportement. Il est évident que je n’ai pas à saboter le bonheur des autres avec ma tronche de six pieds de long, mais il l’est tout autant pour moi de ne pas avoir à me forcer de supporter des choses qui me blessent trop. Si j’ai pas envie de voir telle ou telle personne pour les raisons que l’on connait je ne me force pas et si besoin je me tiens à leurs dispositions pour leurs expliquer pourquoi. La PMA m’a aussi permis de faire un tri considérable et bienvenu dans mon entourage, car oui, les vrais restent. Même si tu les as évincés un temps, si ils peuvent comprendre, c’est qu’ils t’aiment. Encore une fois nos vies sont déjà suffisamment compliqué pour que les autres les rendent encore plus insupportables.
    Pour cette nouvelle tentative je suis ravie pour toi même si tu as sincèrement l’air d’être au bout du rouleau, et que les mauvais effets commencent déjà à se faire sentir, je voulais te dire de ne surtout pas baisser les bras, je sais que c’est dur, mais tu as besoin d’aller jusqu’au bout de cette stim. Et comme je dis souvent fait confiance à ton destin, ton coeur te diras de lui même le chemin à prendre au fil de l’eau…et au final tu seras parfaitement heureuse. Grosse pensée pour toi et tout plein de courage. Gros bisous

    • Merci pour ce très joli message. A croire que toutes vos belles pensées m’ont portée, car j’ai été en bien plus grande forme aujourd’hui. Et je vais même me payer le luxe d’aller boire un verre ce soir chez une copine. Comme quoi, chaque jour ne ressemble pas au précédent et il ne faut jamais perdre espoir.Plein de bises

  11. Quelle maladresse (méchanceté ?) de la part de ton amie… Que c’est indélicat de te laisser de côté après tant de partage…
    Bon, j’ai pu lire depuis que tu allais mieux et je te félicite !! Ne te laisses pas abattre et je croise aussi les doigts pour toi !
    Quant aux effets secondaires de la stim, ce n’est pas sympa du tout. Déjà que se replonger dans tout un protocole n’est pas simple, mais en plus quand il y a tant de désagréments…
    Pour le côté asocial, j’ai eu la même réflexion de la part de mon homme. Mais pas à cause de la pma, c’est mon caractère, alors je me soigne… 😉
    Bon courage à toi, que tout se passe bien et que les effets secondaires se calment un peu…
    Bises !

  12. Pingback: histoires de vélocipèdes | Les tribulations de Mamzelle Fleur

N'hésite pas, laisse-moi un ptit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s