sprint final

Voilà, j’y suis.

C’est la dernière ligne droite.

1 mois. Il me reste 1 mois. 30 jours pour décider si je fais ou non cette dernière Fiv avant que la Sécu ne me classe parmi les infertiles trop vieilles le jour de mes 43 ans.

Le temps m’a filé entre les doigts depuis 1 an et demi. Maintenant je suis au pied du mur.

J’ai tellement espéré que cet enfant arriverait à force d’y croire, de tout faire pour être zen. Qi gong, magnétiseurs, ostéopathes perchés, rigologie… Mais Dame Nature ne semble pas vouloir être clémente avec nous.

Cette petite phrase de mon homme qui résonne dans ma tête  » tu as réussi à donner la vie, moi pas »….Elle me fait mal celle-là et me panique pour l’avenir.

Je sais qu’il va sûrement falloir s’y coller. Pour ne pas regretter. Pour mieux faire mon deuil si nous n’avons pas d’enfant ensemble. Mais au fond de moi, c’est un vrai champ de bataille. J’en ai le vertige à force de me sentir tiraillée entre 2 choix.

free_yourself-216350

C’est un choix difficile, lourd à porter. Car c’est moi qui dois décider seule. Mon homme se range à mon choix, mais il n’en prendra pas la responsabilité. Il a trop peur des mauvais effets des traitements. Je le comprends. Notre couple en avait pâti et il a cru me perdre quand j’avais fini aux urgences en hurlant de douleur à cause de la torsion d’ovaire.

Moi aussi j’ai peur. Pas tellement de la douleur finalement. Je suis aguerrie. J’ai peur d’espérer pour rien surtout. J’ai peur de la chute en cas d’échec. Il n’y aura pas de cession de rattrapage. Mais on ne peut pas savoir. Et cet ultime essai, ce coup de pouce médical fera peut être de lui un papa et me donnera peut-être ce deuxième enfant que j’espère depuis des années.

La possibilité d’être une vraie famille. Pas une famille faite de morceaux qu’on essaye de faire tenir ensemble alors qu’on sait que ça restera imparfait. Comme un puzzle qui n’en est pas vraiment un. Il élève mon fils, mais ça ne sera jamais le sien. Et parfois il sait me le rappeler. Il se protège, il a raison . Car il n’a aucun droit légal sur lui.

Voilà, je suis presqu’au bout du chemin. Et cela reste l’inconnu. Je dois me préparer au plus grand des bonheurs comme à un immense chagrin.

Je voudrais ne pas avoir à faire ce choix.

30 jours, qui changeront notre vie quoiqu’il arrive.what way

Il faut que je trouve la lumière.

fêlé

Merci à vous toutes d’être là, de me lire, de me soutenir. C’est une aide qui n’a pas de prix.

Publicités

31 réflexions sur “sprint final

  1. Difficile de se mettre à ta place et d’imaginer ce que tu peux ressentir devant ce choix. Mais ce désir, cette peur on les comprend bien! Quoi que tu décides, on sera là pour te soutenir et t’accompagner.

      • Et oui.. Ben moi je me fais encore analysée.. pour l’instant, tout est normal.. sauf peut être une piste du côté de mon mec mais pas sûr.
        Oui normalement on part fin janvier 🙂 ceci dit, entre temps j’ai décroché un taf dans mon nouveau métier.. du coup il risque d’y avoir gros dilemme..
        Tiens nous au courant pour la suite!!

  2. C’est toujours difficile de donner des conseils quand on est pas dans le même cas de figure.
    Je peux juste apporter mon vécu… Lorsqu’on m’a annoncé que mes ovaires étaient foutus, que malgré des doses de stim de mammouth je n’avais que 2 follicules dispos, ils m’ont refusé la ponction et conseillé d’aller en fivdo.
    J’ai insisté pour faire tout de même la ponction, pour pouvoir faire mon deuil de l’enfant biologique. C’est grâce à ça que j’ai pu passer à autre chose.
    Mon histoire est finalement bien plus compliquée que ça…

    Juste pour te dire que je pense qu’il faut à chaque fois « terminer » un chapitre pour mieux démarrer le suivant. Et qui sait, cette fiv dont tu n’attends probablement plus rien pourrait vous apporter la petite étoile qui manque dans votre ciel?

    Dans tous les cas, du courage, des bisous et peu importe ta décision, ce sera la bonne.

    ❤️🌟

    • Tu as traversé beaucoup d’épreuves et ton parcours a été bien chargé. Moi qui ai été enceinte en C1 il y a 9 ans et qui ne suis en PMA que depuis un an, je me sens toute petite face à toi. Je suis déjà maman, mais je sens que je dois aller au bout des essais car j’y crois encore et effectivement pour me permettre de passer à autre chose si cela doit être un échec. C’est d’ailleurs pour cette raison que mon homme acceptera de faire cette dernière fiv si je le souhaite, alors qu’il n’y croit pas vraiment. Il craint que je supporte pas par la suite de n’avoir pas fait cette tentative et que cela affecte notre couple. Merci pour cette jolie expression « la petite étoile qui manque dans votre ciel ». ça me parle vraiment ! Des biz miss pauline

  3. Quelle que soit l’issue de ce mois, l’issue de ta FIV, on sera là, à te soutenir. Ta situation n’est pas facile et j’arrive a la concevoir car j’ai des amis qui sont dans le même cas. Je t’envoie toutes les bonnes ondes que je peux et plein de courage en réserve.

  4. Courage. Avec la pma, on est confronté en permanence au choix : continuer à espérer et peut être à souffrir ou alors lâcher l’affaire et commencer un deuil si terrible. Personne n’a de réponse… Plein de pensées.

    • c’est ça le plus compliqué, savoir quand arrêter…j’étais sûre de moi en septembre, je ne voulais plus de PMA. Mais à l’approche de l’échéance, ma certitude s’est fêlée. Et toi, tu as refait une pds, tu en es où?

      • Moi c’est le retour des rouges depuis samedi, et je déguste ! Je me vide comme une truite (poète…!). Donc, la page est tournée. On verra en début d’année quelle suite on donnera, après un nouveau bilan. Encore plein de decisions à prendre, chouette. Et cette foutue horloge qui nous regarde en se marrant, c’est pénible… Courage pour ce choix difficile.

  5. Comme les filles je serai là pour le soutien peu importe ta décision. Écoute toi et fais toi confiance, tu sauras prendre la meilleur solution pour toi.
    Bises Mamzelle.

    • Je m’écoute, mais je n’entends que « je veux cet enfant » et je sais que le chagrin est peut être au bout du chemin. Si ce n’est pas maintenant, je serai peut être contrainte de renoncer plus tard quand j’aurai épuisé mes cartouches. La vraie question c’est faire le deuil maintenant ou espérer encore?

      • Certes le chagrin est peut etre au bout du chemin, mais la maternité aussi. Es-tu prête à surmonter un nouvel échec ? Je pense que faire un deuil n’est pas une décision c’est la consequence d’un évènement que tu subis. Tu ne peux pas décider : du moment de le faire, le temps qu’il dure, son intensité…

  6. Tu connais mon avis… Les remords sont moins lourds que les regrets… Je pense toujours à la moi du futur. Après c’est mon avis…. Bon courage pour cette décision difficile jolie fleur… Mais il me semble qu’elle est déjà prise… Non?… 😘❤️

N'hésite pas, laisse-moi un ptit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s