chronologie des tribulations pmesques

Juillet 2013:  je fais ôter mon stérilet, début des essais bébés couettes. Nous sommes plein d’enthousiasme. Mon bilan hormonal est au top, mon AMH de compet (5,58 ng/mol). J’ai 41 ans, lui 28.

Août-septembre-octobre 2013: des règles, des règles, des règles

Novembre 2013: 1ère consultation avec un spécialiste pour me rassurer. Première baffe: « vous avez 6% de chances vu votre âge et le PMA ne fait pas mieux que la nature » Youpi ! Je saute ou j’attends?

Décembre 2013: 1ères réjouissances. Hystérosalpingographie et écho pelvienne. Bilan annoncé, trompes bouchées et utérus malformé (ah bon, mais j’ai eu un enfant moi déjà??)

Coelioscopie exploratrice dans la foulée et là tout va bien. Sous AG, je suis plus détendue donc tout se présente différemment. Bon j’ai gagné 3 cicatrices au passage…Si le gynéco n’avait pas été aussi bourrin à  l’hystéro, y aurait pas eu besoin de coelio…

Par contre, du côté de mon homme, spermo moyen (on avait pas besoin de ça en plus…)

Février-mars 2014 : FIV 1. 

225 ui de ménopur pendant 10 jours. Je suis malade à crever dès le début (vertiges, fatigue intense, migraine, douleurs pelviennes, nausées et j’en passe)

6 ovocytes ponctionnés, 3 embryons, 2 transférés à J3, aucun embryon à congeler à J5.

Résultat négatif , mais 6h d’atroces souffrances dues à une complication rare : une torsion d’annexe ou torsion d’ovaire qui me vaut une 2ème coelioscopie en urgence (je ne souhaite pas ça à mon pire ennemi)

6 jours de règles, 9 jours de migraine et une cystite finissent de m’achever.Je viens d’avoir 42 ans. Je suis traumatisée et envahie par le chagrin.

Avril-mai 2014: convalescence. il me faut 1 mois 1/2 pour récupérer physiquement de Fiv 1. Changement de clinique (aurevoir doc glacial !), début d’une prise en charge par une psychologue hypnothérapeute( pour dédramatiser et évacuer mon traumatisme )

Re bilans: Lui spermo toujours moyen, moi AMH en chute libre (la faute à la torsion) 1,98 ng/mol.

On fête les 29 ans de mon homme.

Juin 2014; FIV 2

225 ui  de Gonal pendant 10 jours. Très peu d’effets secondaires, je continue à bosser, je circule toujours à vélo, je vais nager, je me pique même sur un festival. Trop facile le stylet auto injectable !

11 ovocytes prélevés (dont 4 dans l’ovaire soit disant foutu),7 fécondés par ICSI décidée en urgence (car spermo catastrophique),6 embryons,  2 transférés à J3, 2 vitrifiés à J3.

Résultat négatif

Juillet 2014; TEV 

Je négocie âprement pour enchaîner avec un protocole pour un TEV, il me reste 8 mois de prise en charge, je n’ai pas de temps à perdre.

75 ui de Gonal pendant 10 jours

Transfert de 2 embryons dévitrifiés le 21/7, à l’arrache avant la fermeture du labo pour l’été.

On croise, on prie, on attend, on espère….mais le résultat est négatif. Je sors éreintée par ces 2 mois de traitement et dégoûtée de la PMA. Je sens que mon corps n’en peut plus de toute cette chimie.

Août 2014 : pause

Je pars avec mon fils et mon homme me ressourcer dans un endroit que j’adore. Je reviens transformée, pleine d’optimisme. C’est décidé, on arrête la PMA et on fait confiance à la nature.

Septembre-octobre-novembre 2014: l’approche zen

Au programme, rester zen et profiter de la vie : Qi gong, magnétiseur et rigologie. On n’en parle presque plus. On se concentre sur autre chose.

Décembre 2014: Remise en question

4 cycles plus tard, mon optimisme en a pris un coup. Chaque J1 m’affecte un peu plus. Notre rêve s’éloigne. Je reparle PMA, car ma prise en charge prend fin dans 2 mois. Après moultes tergiversations, nous décidons de tenter Fiv 3, celle de la dernière chance.

Janvier 2015: FIV 3, la dernière

Un début de stim qui part en fanfare. Je sens que mon corps réagit vite, je suis hyper à cran. Au bout de 5 jours il faut baisser les doses (150 ui au lieu de 225) car mon taux d’oestradiol explose et je suis déjà limite d’ovuler naturellement. Je suis épuisée. Mais la ponction donne des résultats inespérés : 16 ovocytes, dont 15 matures. On tente la culture prolongée : à J5 nous avons 4 blastocystes ! Mais une hyperstimulation et une péricardite aiguë me terrassent et me valent une hospitalisation. Le transfert est reporté, trop dangereux.

Mars 2015 : FIV3 TEV1

4 jours seulement de Gonal à 75 ui. Mais je réagis mal. Mon corps devient hyper sensible aux hormones. Transfert d’un blasto . Pds positive (148 à J11 post transfert), première accroche en presque 2 ans ! Mais 2 jours après, le taux n’a pas doublé (177) et je mets un pied en enfer. 8 jours après, je fais une fausse-couche.

Avril-mai 2015 : chute

La FC me terrasse à 5 SA.Ma tête se vide comme mon corps. Je suis l’ombre de moi-même. Je suis abrutie de chagrin. 6 longs jours de migraine m’achèvent. Je m’enfonce dans la déprime et la douleur. Je rencontre finalement un énergéticien à 400km de chez moi qui réussit à faire repartir la machine.Mais, la fausse-couche  me laisse une trace indélébile sur le visage, car le choc psychologique a déclenché un vitiligo.  Désormais tous les matins, je vois sur mon visage les traces de l’infertilité.

Juin-août 2015: FIV3 TEV2, l’espoir

Nouvelle tentative de transfert d’un de nos blastos vitrifiés mais sur cycle naturel, sans injections. Un joli positif, un coeur qui bat et le vrai espoir avec une grossesse qui avance. L’ombre de la  FC d’avril n’est pas loin alors commence l’attente, angoissée jusqu’à l’écho des 12 SA. Nous taisons notre espoir à presque tout notre entourage.

septembre 2015; le drame

A 12 SA révolues, nous soufflons mon homme et moi. Nous commençons à nous projeter.Mais le 9/9, jour de l’écho du premier trimestre, alors que j’entame ma 14ème SA, un tsunami nous emporte.

L’écho montre que la grossesse s’est arrêtée. Je ne porte aucune vie, je porte la mort. Curetage en urgence le lendemain.

Décembre 2015: FIV 3 TEC 3, nouvel espoir

Contre toute attente, je me sens d’un coup prête à repartir au combat, 4 mois après la mort de notre bébé. Pas de stim, transfert sur cycle naturel, avec déclenchement à l’Ovitrelle pour être sûr de réimplanter au bon moment.Aucun traitement de plus.

Un taux positif nous offre un Noël doux avec cet espoir au creux de moi.

Mais le 6/1 c’est à nouveau le drame.Il n’y a pas d’activité cardiaque à l’écho. Je fais une 3ème FC à 8 sa, dans la douleur (traitement au Cytotec) et un raz de marée de larmes. Notre couple vacille après tant d’épreuves (3 FC en 10 mois) et je suis au bord de moi-même

Il nous reste un dernier blasto, mais nous n’arrivons pas à prendre une décision. J’ai maintenant 44 ans et je suis exténuée par ces 3 années intensives de PMA.Il va sûrement falloir renoncer et ravaler ce désir d’enfant.

Mars 2016: nouvelle piste

Rencontre avec une spécialiste au CHU pour un avis et pour nous aider à prendre une décision. Elle me prescrit une écho en 3D, car elle a un doute au vu de ma coelioscopie de décembre 2014 ! Elle s’étonne qu’on ne m’ai jamais fait faire cet examen. Il s’est passé plus de 2 ans…  Elle me détecte une cloison utérine qui pourrait être la cause de mes fausses -couches, mais elle suspecte aussi une mauvaise qualité ovocytaire. Elle préconise le don d’ovocytes en Espagne et m’encourage quand même à transférer le dernier embryon. Elle propose de m’opérer.

Juillet 2016: le bout du chemin

Après bien des hésitations, nous avons décidé de renoncer au don. Je me fais opérer mi-juillet de cette cloison fundique, c’est ma 7ème AG en 2 ans et demi…ce sera la dernière.

Transfert du dernier embryon prévu à l’automne si tout cicatrise bien.Mais nous nous sommes résignés et nous n’y croyons plus. Ce sera notre toute dernière tentative.Nous sommes épuisés et nous voulons vivre sans pma.

Novembre-décembre 2016:

Un nouveau traitement avec ménopause artificielle. 3 jours après le début du protocole , les bobos sont de retour :je suis clouée par des migraines, je fais de l’insomnie, je me traîne…Comme chaque fois, j’ai des symptômes de grossesse assez vite. Je commence à espérer à nouveau. Mais le premier taux me semble bas(à peine 100) et la bouffée d’angoisse ne retombera pas.

J’achève mon parcours par une 4ème fausse couche.

J’ai perdu mon combat. Je sors de pma par la petite porte, démunie, plus seule que jamais et profondément abîmée par 3 ans et demi de traitements violents, de complications, d’espoirs laminés.

Je vous souhaite de ne jamais vivre ça.

Publicités

12 réflexions sur “chronologie des tribulations pmesques

N'hésite pas, laisse-moi un ptit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s