Tic-tac tic-tac….

Maman à 34 ans pour la première fois. C’était il y a 8 ans. Déjà.

J’avais déjà pris mon temps, entre longues études et hésitations sentimentales… Mais Dame Nature m’avait sourit : un mois seulement après l’arrêt de la pilule, j’étais enceinte. Je ne pouvais pas imaginer à l’époque quelle chance c’était !
Enfin, chance, c’est vite dit. Le papa, lui, aurait eu bien besoin de plus de temps finalement… 2 ans après la naissance de mon fils, il jette l’éponge, dépassé par ce nouveau rôle de papa qu’il n’arrive pas à endosser.
Pendant 2 ans et demi, j’élève seule mon beau rayon de soleil. J’y mets toute mon énergie, mais je délaisse ma vie de femme.
Et puis je croise la route d’un homme qui fait à nouveau battre mon cœur. Lui est un optimiste convaincu qui se crée son paradis jour après jour sans jamais fléchir.
C’est un ambitieux du bonheur !
Mais le temps me glisse entre les doigts, vite, si vite…
Il y a 10 mois, mon homme se sent enfin prêt à avoir un enfant!
J’ai déjà 41 ans, lui 28.
Il n’a pas d’enfant, même s’il élève mon fils. Moi, je rêve d’un deuxième depuis que nous nous sommes rencontrés. Et surtout d’un enfant avec lui, afin que nous formions une vraie famille. Cet enfant ce sera le lien entre nous trois.
Mais tout ne se passe pas comme prévu…La nature a ses caprices…
Nous sommes en mars, nous venons de faire une première FIV, sans succès…
Je découvre la brutalité du monde de la PMA avec ses éprouvettes, ses calendriers, ses examens, ses complications, ses espoirs, ses doutes et ses chagrins. Et la peur de l’échec.  Difficile de partager tout cela avec mon entourage qui ne comprend pas toujours, ne sait pas quoi me dire, me blesse par maladresse.
La PMA finalement est un petit monde fermé ou seules celles qui en font partie se comprennent vraiment.
L’envie de partager tout cela s’est fait jour petit à petit.
A force de traîner sur internet pour chercher des infos, des témoignages.
Ecrire mon histoire, mettre en mots mes états d’âme, mes coups de gueule pour me soulager, mais surtout me donner la force d’avancer et d’en rire.
En rire parce que sans joie et légèreté on ne peut pas continuer à avancer !
Ecrire aussi pour s’entraider et se soutenir dans cette quête d’enfant.
Le bonheur est au bout du chemin.
Publicités

5 réflexions sur “Tic-tac tic-tac….

N'hésite pas, laisse-moi un ptit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s